Distinguer les compléments alimentaires à base de protéines pour sportifs

Tout sportif cherchant à augmenter sa prise de masse l’a constaté : il n’est pas toujours facile, même avec une alimentation adaptée et un entraînement rigoureux de voir ses efforts récompensés. C’est pourquoi certains se tournent vers les compléments alimentaires, véritable coup de pouce.
La prise de masse musculaire doit être soutenue par un apport important en protéines. Il existe différentes protéines musculation, qui sont le composant de base des muscles, sans lequel ceux-ci ne peuvent se développer. Les BCAA sont une catégorie d’acides animés comprenant la valine, la leucine et l’isoleucine, qui à eux seuls représentent le tiers des protéines musculaires devant être fournies par l’alimentation. Ils ont un rôle de régulation anabolique, indispensable pour la construction du muscle et la récupération. L’anabolisme doit être recherché pour augmenter la prise de masse sur le long terme. Les BCAA améliorent en outre la synthèse protéique, c’est-à-dire l’aptitude de l’organisme à utiliser les protéines, pour une meilleure assimilation de celles-ci, en limitant les pertes.
La créatine est un acide aminé qui améliore les performances et contribue à la production d’énergie. Elle n’agit pas directement sur la construction musculaire, mais apporte plus d’énergie, permettant des entraînements plus longs en augmentant la résistance à l’effort. Elle est à privilégier lors des efforts courts et intenses (haltérophilie, sprint), n’ayant en revanche qu’un faible intérêt lors des efforts de longue durée (sports d’endurance).
La whey est une protéine en poudre très bien assimilée par l’organisme et rapidement digérée. Grâce à cette action et son effet anabolique, elle permet aux muscles de rapidement se régénérer. A la séance suivante, l’entraînement pourra ainsi être plus intense, pour une meilleure construction musculaire.
On trouve également de la protéine de soja, qui se distingue par son origine végétale, idéale donc pour les végétariens, mais dont le potentiel anabolique est inférieur à celui des protéines d’origine animale.

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *